Skip directly to content

Incubateur de Corse Au service de l'innovation

Subscribe to flux Incubateur de Corse Au service de l'innovation
Au service de l'innovation
Mis à jour : il y a 4 heures 52 min

Premier Forum territorial de la CSTI en Corse

ven, 06/07/2013 - 10:23

La première édition du « Forum Territorial de la Culture Scientifique, Technique et Industrielle en Corse » se déroulera le lundi 10 juin 2013 dans l’hémicycle de l’Hôtel de Région de la Collectivité Territoriale de Corse à Ajaccio.

La première édition du « Forum Territorial de la Culture Scientifique, Technique et Industrielle en Corse » se déroulera le lundi 10 juin 2013 dans l’hémicycle de l’Hôtel de Région de la Collectivité Territoriale de Corse à Ajaccio.

Portée par le CPIE Corte Centre Corse - A Rinascita (labélisé « Pôle Territorial de Référence » de la CSTI en Corse), cette journée ambitionne tout à la fois de :

  • Créer un rendez-vous annuel des acteurs de la CSTI en Corse, en vue d’éclaircir le rôle du Pôle Territorial de Référence, et de définir les grandes lignes stratégiques du développement de la CSTI en Corse dans les prochaines années ;
  • Répondre à une demande de la coordination nationale de la CSTI dans le cadre de la nouvelle gouvernance de la CSTI ;
  • Permettre d’identifier les acteurs de la CSTI et leurs compétences afin de préparer la création du futur « annuaire de compétences » des acteurs de la CSTI en Corse ;

PROGRAMME DE LA MANIFESTATION

Catégories: Flux externes

Le congrès 2013 du réseau C.U.R.I.E. se réunit en Corse

jeu, 05/30/2013 - 12:59

Le congrès annuel du réseau C.U.R.I.E., l’association qui fédère les acteurs de la valorisation de la recherche publique française, se déroulera du 3 au 6 juin à Ajaccio et à Corté. Cet événement, qui se tient pour la première fois en Corse, réunira près de 500 personnes avec pour thématique : « valorisation de la Recherche Publique et Développement Economique Régional ».

Le congrès annuel du réseau C.U.R.I.E., l’association qui fédère les acteurs de la valorisation de la recherche publique française, se déroulera du 3 au 6 juin à Ajaccio et à Corté. Cet événement, qui se tient pour la première fois en Corse, réunira près de 500 personnes avec pour thématique : « valorisation de la Recherche Publique et Développement Economique Régional ».

L’Europe mise sur le triptyque Recherche – Formation – Entreprises pour favoriser l’émergence d’innovation porteuse d’emploi, de compétitivité et de richesse. Les écosystèmes régionaux de l’innovation se sont appropriés ces enjeux et deviennent aujourd’hui de véritables piliers pour le développement économique et la compétitivité. La recherche publique y contribue à plusieurs niveaux, depuis la collaboration des chercheurs dans les projets qui sont menés jusqu’à la participation active dans les clusters et filières régionales ou encore la structuration des schémas régionaux de l’innovation.

  • Comment les métiers de valorisation prennent part à ce cercle vertueux ?
  • Quels sont les apports et où sont les obstacles aux réussites d’entreprendre ?
  • Entre recherche et marché des filières locales, quelle place occupe la valorisation de la recherche publique ?
  • Chercheurs, PME, ETI, grands groupes impliqués dans les pôles de compétitivité sont-ils des clients auxquels nous savons nous adresser ?
  • Quelles initiatives en Europe et à travers le monde sont des sources d’innovations pour nos propres actions ?

Au moment où la France lance de nouvelles politiques pour renforcer le transfert de technologie et l’innovation, le congrès C.U.R.I.E 2013 sera l’occasion de redessiner ensemble les contributions de la valorisation de la recherche publique au succès du développement économique territorial.

Voir le programme sur le site de C.U.R.I.E.
Catégories: Flux externes

Le déploiement des bornes de recharge pour véhicules électriques s’intensifie

dim, 05/26/2013 - 11:31

((/dotclear2/maj/public/.PIA-ADEME_m.jpg|Un Appel à Manifestations d'Intérêt pour le déploiement des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et hybrides a été lancé par l'ADEME dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir. Doté d'une envelopper de 50 M€, cet AMI est ouvert aux collectivités (villes, agglomérations, groupements d’agglomération, départements et régions) dont la population excède 200 000 habitants et dont le coût total du projet est supérieur ou égal à 400 000 €.

Un Appel à Manifestations d'Intérêt pour le déploiement des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et hybrides a été lancé par l'ADEME dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir. Doté d'une envelopper de 50 M€, cet AMI est ouvert aux collectivités (villes, agglomérations, groupements d’agglomération, départements et régions) dont la population excède 200 000 habitants et dont le coût total du projet est supérieur ou égal à 400 000 €.

La prise en charge se concentre sur la fourniture de la borne, le génie civil ainsi que le raccordement électrique. L’attribution de l’aide est conditionnée à l’engagement des collectivités maitres d’ouvrage d’assurer, dans les six mois suivant l’obtention de l’aide, la gratuité du stationnement pour les véhicules électriques gérés directement par la collectivité (avec ou sans dispositif de recharge).

Télécharger l'AMI

Catégories: Flux externes

Congrès Retis du 14 au 16 mai 2013 à Limoges

sam, 05/11/2013 - 09:58

Cette année, le congrès annuel du réseau Retis se déroulera chez ESTER Technopole à Limoges. Au programme : des ateliers thématiques en lien avec les pratiques des structures¹ au quotidien, animés par des experts qualifiés partenaires du réseau et la remise des « Retis awards » qui mettront à l’honneur les projets et actions portés et menés par les membres du réseau.

¹ Structures composant le réseau : CEEI, Incubateurs, Technopoles, Pôles de compétitivités et Incubateurs des établissements d’enseignement supérieur

Cette année, le congrès annuel du réseau Retis se déroulera chez ESTER Technopole à Limoges. Au programme : des ateliers thématiques en lien avec les pratiques des structures¹ au quotidien, animés par des experts qualifiés partenaires du réseau et la remise des « Retis awards » qui mettront à l’honneur les projets et actions portés et menés par les membres du réseau.

¹ Structures composant le réseau : CEEI, Incubateurs, Technopoles, Pôles de compétitivités et Incubateurs des établissements d’enseignement supérieur

Le jury des « Retis awards » sera composé de représentants de ministères partenaires Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, Ministère des affaires étrangères, DGCIS, mais aussi de partenaires sponsors. Il s’agira en fait d’une session plénière qui se transformera en une cérémonie de remise de prix décernés aux structures ayant mené les actions et projets les plus originaux et innovants.

Les autres temps forts du Congrès qui encadreront la plénière seront les suivants :

  • La formation « nouveaux collaborateurs », en amont du Congrès, le mardi 14 mai 2013.
  • RETIS « new look » : nouvelle communication, nouveaux supports, l’extranet des membres
  • 4 Ateliers thématiques :
    • Communication et Marketing territorial : pratiques et stratégie de communication des membres du réseau ;
    • Eco innovation : Rendu intermédiaire de l’étude RETIS/ ADEME
    • International
    • Délégués territoriaux
  • L’accueil des nouveaux membres
  • l’Assemblée Générale Ordinaire Annuelle
Catégories: Flux externes

Le MESR publie le Guide du crédit impôt recherche 2013

mer, 05/08/2013 - 16:54

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a mis en ligne l'édition 2013 de son Guide du crédit d'impôt recherche (CIR). Ce guide a été conçu pour aider les entreprises à préparer leur déclaration ou demander un agrément et fera l'objet, sous peu, d'une présentation en Corse à l'initiative de l'Incubateur territorial.

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a mis en ligne l'édition 2013 de son Guide du crédit d'impôt recherche (CIR). Ce guide a été conçu pour aider les entreprises à préparer leur déclaration ou demander un agrément et fera l'objet, sous peu, d'une présentation en Corse à l'initiative de l'Incubateur territorial.

Ce document précise « les modalités d'application du crédit impôt recherche » et « vise à aider les entreprises à préparer leurs démarches et leurs déclarations dans les meilleures conditions ». Il a notamment pour objectif « d'aider les entreprises à s'assurer de l'éligibilité de leurs travaux de R&D et d'innovation, dans l'optique de déterminer l'assiette des dépenses qui ouvrent le droit à cet avantage fiscal ».

Le guide du CIR précise notamment que les « activités de R&D doivent être distinguées au sein de l'ensemble des activités que les entreprises engagent pour innover ».

Ainsi, il est indiqué que les « activités d'innovation technologique sont l'ensemble des démarches scientifiques, techniques, organisationnelles, financières et commerciales qui mènent ou visent à mener à la réalisation de produits et de procédés technologiquement nouveaux ou améliorés ». Elles comportent « ainsi des opérations qui, sans être des activités de R&D, sont novatrices et s'inscrivent dans le cadre d'un processus d'innovation, telles que l'acquisition de technologie et de savoir faire, l'outillage et l'ingénierie industrielle, des études de conception industrielle ou l'acquisition d'équipements, le démarrage de la production et la commercialisation de produits technologiquement nouveaux ou améliorés », détaille le guide.

« Le critère fondamental permettant de distinguer la R&D des activités connexes est l'existence, au titre de la R&D, d'un élément de nouveauté non négligeable et la dissipation d'une incertitude scientifique ou technique ». « Les travaux de R&D représentent des dépenses risquées dans la mesure où ils peuvent échouer à dissiper cette incertitude scientifique ou technique », ajoute le guide. Globalement, « les activités de R&D peuvent être conduites à différents stades du processus d'innovation, étant utilisées comme source d'idées inventives mais aussi pour résoudre les problèmes qui peuvent surgir à différentes étapes du processus ».

Catégories: Flux externes

Le concept d’innovation sociale en question…

mar, 04/30/2013 - 10:21

Si la définition fournie par le manuel d’Oslo a élargi le concept de l’innovation au-delà de l’approche purement technologique, cette dernière reste encore souvent perçue comme la seule vraie manière d'innover. Or, comme le relève Le Mouves (MOUVement des Entrepreneurs Sociaux) dans L’Express, « une autre forme d'innovation s'épanouit en silence, c'est l'innovation sociale, qui vient d'être officiellement reconnue par le Président de la République à l'occasion de la clôture des Assises de l'entrepreneuriat ».

Si la définition fournie par le manuel d’Oslo a élargi le concept de l’innovation au-delà de l’approche purement technologique, cette dernière reste encore souvent perçue comme la seule vraie manière d'innover. Or, comme le relève Le Mouves (MOUVement des Entrepreneurs Sociaux) dans L’Express, « une autre forme d'innovation s'épanouit en silence, c'est l'innovation sociale, qui vient d'être officiellement reconnue par le Président de la République à l'occasion de la clôture des Assises de l'entrepreneuriat ».

Le concept de l’innovation sociale étant assez récent. Il n’existe pas de définition officielle partagée par l’ensemble des acteurs de l’innovation. Cependant, une définition a été retenue par le Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire (CSESS) :

L’innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux nouveaux ou mal satisfaits dans les conditions actuelles du marché et des politiques sociales, en impliquant la participation et la coopération des acteurs concernés, notamment des utilisateurs et usagers. Ces innovations concernent aussi bien le produit ou service, que le mode d’organisation, de distribution, dans des domaines comme le vieillissement, la petite enfance, le logement, la santé, la lutte contre la pauvreté, l’exclusion, les discriminations

Comme toute innovation, l'innovation sociale nécessite d'investir dans la R&D, de s'entourer d'experts et bien sûr de prendre des risques. Mais sa caractéristique principale est d'impliquer dans l'invention, l'expérimentation, la diffusion et l'évaluation de l'offre tous les acteurs — en premier lieu les usagers — concernés. Multiforme, elle a recours autant aux sciences humaines et sociales qu'aux technologies numériques. En cela, il n'est pas rare qu'innovation sociale et innovation technologique soient associées.

Pour valoriser ces innovations, il serait intéressant de prendre appui sur un dispositif comme l’incubateur d’entreprises innovantes car il a pour mission d’accompagner des porteurs de projet tout au long de leur parcours de création d’entreprise ou d'activité. En effet, malgré une certaine effervescence, les acteurs de l’innovation sociale rencontrent des difficultés pour financer et accompagner leurs projets, mal pris en compte par les outils traditionnels de financement.

Si les Assises de l'entrepreneuriat ont clairement posé les bases d’un soutien public généralisé à l’innovation sociale, avec la création d'un fond dédié à son financement, les écosystèmes régionaux (Incubateurs, CEEI, technopoles, …) offrent déjà la possibilité à ce type d’innovateurs de bénéficier d’un appui qui pourrait être intégré dans les stratégies de spécialisation intelligente" (smart specialisation), élément crucial de la nouvelle politique de cohésion 2014-2020.

La Ville de Paris a déjà lancé le Social Good Lab, un incubateur de start-ups technologiques à vocation sociale. Concrètement, de jeunes entreprises mêlant innovation technologique et sociale pourront bénéficier d'aides et de conseils pour développer leur activité. Incubées pendant deux ans, elles bénéficieront d'une aide financière de 50 000 à 100 000 € chacune, sous forme d'avance remboursable ou de subvention et disposeront de bureaux dans le XIIIème arrondissement de Paris, près du futur quartier numérique annoncé par Fleur Pellerin.

Catégories: Flux externes

Publication des chiffres clés des incubateurs publics membres du réseau RETIS

sam, 04/20/2013 - 10:05

Après avoir été salué par la commission Beylat-Tambourin, le travail des incubateurs publics est illustré en chiffres par une enquête nationale publiée par RETIS.

Après avoir été salué par la commission Beylat-Tambourin, le travail des incubateurs publics est illustré en chiffres par une enquête nationale publiée par RETIS.

RETIS, porte-parole du réseau de l’Innovation en France, se réjouit que le travail des incubateurs publics ait été salué par le rapport de la commission Beylat-Tambourin et qu’il soit proposé de les renforcer. En complément, RETIS publie des chiffres clés issus d’une enquête récente (mars 2013) réalisée auprès de 27 incubateurs publics membres de son réseau.


N.B. Les incubateurs publics font référence aux incubateurs d’entreprises innovantes liés à la recherche publique et soutenus par le ministère chargé de la Recherche, et dont la création fait suite à l’appel à projets de mars 1999 et à la loi sur l'innovation et la recherche de juillet 1999. 30 incubateurs sont ainsi répartis sur le territoire national.

Création d’emplois

Les entreprises créées à partir des incubateurs publics représentent à ce jour 14 000 emplois. Depuis leur création en 1999, les incubateurs publics ont donc contribué à créer l’équivalent d’une ETI de 1000 personnes chaque année. Une grande partie de ces emplois est liée au transfert de technologies issues de la recherche publique. Ce sont donc des emplois à très haute valeur ajoutée, difficilement délocalisables et qui génèrent eux-mêmes beaucoup d’autres emplois induits : jusqu’à 5 emplois induits par emploi de R&D selon des statistiques américaines (source : Enrico Moretti, The New Geography of Jobs, Houghton Mifflin Harcourt, 2012).

Coût de la création d'emploi

En se limitant aux seuls emplois directs des entreprises incubées, et sans tenir compte des spécificités des nombreux écosystèmes innovants dont les incubateurs sont des acteurs essentiels, le coût moyen par emploi créé (tous financements publics) est de 12 000 €.

Entreprises créées

Ces 14 000 emplois ont été créés par 2 350 entreprises innovantes, parmi lesquelles de nombreuses « success stories » comme Critéo, Supersonic Imagine, Varioptic, BeNomad, Biofortis, Ez-Wheel, Genfit, Genomic Vision, Intrasense, Hemarina, Leosphère, Movea, Nanobiotix etc. L’idée selon laquelle les entreprises issues des incubateurs ne croîtraient pas est donc une perception erronée.

Pérennité

Le taux de survie de ces entreprises à 5 ans est supérieur à 80%.

Financement privé

Les entreprises innovantes issues des incubateurs publics lèvent chaque année plus de 100 M€ en moyenne auprès d’investisseurs privés.


Liste des incubateurs ayant répondu à l’enquête de RETIS : Incubateur régional d’Aquitaine, Avrul, Incubateur Interuniversitaire Impulse, CREALYS, PREMICE, Incubateur Midi-Pyrénées, BUSI Incubateur d’Auvergne, Normandie Incubation, Incubateur Belle de Mai, AGORANOV, ETINCEL, Incubateur PACA EST, SEINARI, Incubateur Lorrain, Atlanpole, Incubateur régional de Picardie, GIE EURASANTE, Incubateur Technologique Territorial de Corse, CARINNA, Emergys, SEMIA, Languedoc Roussillon Incubation, Guyane Technopole, Grain, Incuballiance, Technopole de la réunion, Paris Biotech Santé.

Catégories: Flux externes

Retis salue les conclusions du rapport de la commission Beylat/Tambourin qui s’est attelée au sujet de l’innovation dans une démarche a 360

sam, 04/13/2013 - 07:41

Le communiqué du réseau Retis : « Le rapport Beylat/Tambourin offre selon nous une vision exhaustive des problèmes rencontrés par notre pays dans sa capacité à innover et suggère des pistes d’actions concrètes et prometteuses. L’efficacité de la mise en oeuvre de ses recommandations passera par la capacité à se doter d’un pilotage global et territorial d’une politique publique d’innovation ».

Le communiqué du réseau Retis : « Le rapport Beylat/Tambourin offre selon nous une vision exhaustive des problèmes rencontrés par notre pays dans sa capacité à innover et suggère des pistes d’actions concrètes et prometteuses. L’efficacité de la mise en oeuvre de ses recommandations passera par la capacité à se doter d’un pilotage global et territorial d’une politique publique d’innovation ».

« Nous tenons à saluer particulièrement dans ce rapport les propositions suivantes:

  • Mettre l’entrepreneuriat et la création d’entreprises au menu de nos parcours de formation, et ce dès le plus jeune âge. L’innovation est plus que tout question de culture et d’état d’esprit. Intervenir dès le plus jeune âge pour expliquer et illustrer ce que sont l’Entreprise et l’Innovation semble extrêmement utile et pertinent dans notre société qui demeure trop marquée par une difficulté à la prise d’initiative et à la prise de risque.
  • Trouver plus de gisements de créations d’entreprises pour notre pays en agissant pour stimuler les grands groupes à développer l’essaimage, pour développer la détection et l’attraction de créateurs issus d’autres pays, pour accompagner la création d’entreprises issue du secteur académique. C’est ainsi que l’assiette du Crédit Impôt Recherche pourrait prendre en en compte les dépenses liées à la détection et à la maturation de projets générateurs de création d’entreprises au sein de grands groupes français. La détection de talents à l’étranger et leur accueil sur notre territoire devront faire l’objet d’une politique volontariste privilégiant l’allègement administratif du parcours d’accueil.

La création d’entreprises issues de la recherche devra s’intensifier grâce à un soutien financier et institutionnel réaffirmé aux incubateurs, à leurs équipes qui ont démontré leur capacité d’accompagnement et au concours national à la création d’entreprises innovantes.

Les SATT, dont la mise en place contribue globalement à la nécessaire mutualisation et à la professionnalisation des activités de transfert, joueront un rôle important dans cette intensification. Il est effectivement nécessaire qu’elles s’attachent spécifiquement à l’accompagnement de la maturation de projet. La séparation des fonds de maturation dans un cadre juridique ad hoc permettra sans aucun doute d’appréhender de manière équilibrée et optimale le financement de la maturation d’un projet, qu’il s’agisse d’un transfert de technologies vers une entreprise existante ou de la création d‘une nouvelle entreprise, que ce projet ait été préalablement porté par une SATT, par un incubateur ou par un autre acteur du transfert.

  • Combler les manques du financement des entreprises innovantes. Le capital-amorçage est désormais mieux doté dans notre pays grâce aux Business Angels, aux fonds de co-investissement et au Fonds National d’Amorçage. On constate néanmoins des besoins d’investissement supérieurs à un stade précoce pour quelques filières comme les Biotechnologies, ou le Numérique pour lesquels des fonds dédiés auraient une grande valeur ajoutée. Enfin, le plus gros trou dans la raquette concerne des tickets de 50 à 100 M€ dont nous ne disposons pas et dont le manque engendre des rachats trop systématiques de nos belles entreprises prometteuses par des entreprises étrangères.
  • Reconnaître les métropoles et les régions comme territoires pertinents pour la conception de stratégies d’innovation et conforter les écosystèmes locaux de l’innovation pour leur mise en oeuvre. En effet l’innovation est particulièrement stimulée par les échanges entre entreprises innovantes, enseignants, chercheurs, Business Angels d’un même territoire. Ces écosystèmes (incubateurs, centres européens d’entreprises et d’innovation, technopoles et pôles de compétitivité, fonds d’investissements,) et leur animation doivent constituer les éléments fondamentaux de la stratégie régionale et nationale de l’innovation. C’est sur le territoire que l’innovation se transforme en emplois.
  • S’appuyer sur la BPI-Innovation comme acteur unique pour la consolidation opérationnelle des politiques publiques de financement de l’innovation. Financer l’innovation est une activité qui requiert une technicité spécifique, cette activité doit pouvoir être clairement identifiée au sein de la BPI. Cette dernière doit drainer idéalement l’ensemble des moyens publics de soutien à l’innovation pour faciliter la lisibilité du dispositif de financement de l’innovation en France. »



→ RETIS est un réseau territorial qui concentre professionnalisme et expérience en matière d’appui à l’innovation. Par l’expérience accumulée, la diversité de nos membres, nos pratiques collaboratives quotidiennes, RETIS est volontaire pour accompagner la mise en œuvre des dispositifs et mesures préconisées dans ce rapport et qui seront adoptées par le gouvernement.
Catégories: Flux externes

DRIVECO finance sa phase R&D avec l'appui du fonds d'amorçage porté par la CADEC

jeu, 04/11/2013 - 13:31

La société Corsica Sole, qui porte le projet DRIVECO accompagné par l'Incubateur de Corse, vient d'obtenir une aide à l'amorçage sous la forme d'une avance remboursable. Ce mécanisme, mis en œuvre par la CADEC sous l’impulsion de l’Agence de Développement Economique de la Corse, s’appuie sur un fonds entièrement constitué par la Collectivité Territoriale de Corse.

La société Corsica Sole, qui porte le projet DRIVECO accompagné par l'Incubateur de Corse, vient d'obtenir une aide à l'amorçage sous la forme d'une avance remboursable. Ce mécanisme, mis en œuvre par la CADEC sous l’impulsion de l’Agence de Développement Economique de la Corse, s’appuie sur un fonds entièrement constitué par la Collectivité Territoriale de Corse.


Le Fonds d’Intervention pour le Financement des Avances Remboursables à l'Amorçage (FIFARA) a pour objectif d’offrir aux projets innovants — Particulièrement ceux issus de l’Incubateur de Corse —, un moyen de financer le démarrage de leur activité. Cette aide est dédiée de la contrainte du cofinancement bancaire, exigé dans les cadres des avances remboursables mises en place par la CADEC au profit de projets classiques.

Le projet DRIVECO, développé par la SAS Corsica Sole, consiste à concevoir puis déployer des bornes de recharge pour véhicules électriques à toiture photovoltaïque. L’équipe, installée sur le parc technologique de Bastia, est accompagnée depuis plus d’un an par l’Incubateur Technologique Territorial de Corse et s'appuie sur les ressources du CEA et de l'Université de Corse pour conduire la phase de R&D avant de commercialiser son offre de services.

Catégories: Flux externes

Rapport Beylat - Tambourin : 19 recommandations pour stimuler l'innovation

ven, 04/05/2013 - 20:04

Les conclusions de la mission confiée par le Gouvernement à Pierre Tambourin (directeur général de Génopole) et à Jean-Pierre Beylat (président du pôle de compétitivité Systematic), visant à optimiser le système de transfert et d'innovation en France, viennent d'être publiées. Le soutien au transfert par la création d’entreprise est réaffirmé comme une priorité. Le rapport propose de renforcer les incubateurs, en capitalisant sur les équipes qui ont montré leur expertise en matière d’accompagnement.

Les conclusions de la mission confiée par le Gouvernement à Pierre Tambourin (directeur général de Génopole) et à Jean-Pierre Beylat (président du pôle de compétitivité Systematic), visant à optimiser le système de transfert et d'innovation en France, viennent d'être publiées. Le soutien au transfert par la création d’entreprise est réaffirmé comme une priorité. Le rapport propose de renforcer les incubateurs, en capitalisant sur les équipes qui ont montré leur expertise en matière d’accompagnement.

Les recommandations du rapport sont structurées en 4 axes :

  • développer la culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat,
  • accroître l’impact économique de la recherche par le transfert,
  • accompagner la croissance des entreprises innovantes,
  • mettre en place les instruments d’une politique publique de l’innovation.


Les propositions :


  1. réviser les méthodes pédagogiques de l’enseignement primaire et secondaire pour développer les initiatives innovantes ;
  2. mettre en place un programme de grande ampleur pour l’apprentissage de l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur ;
  3. favoriser l’essaimage à partir des grands groupes ;
  4. organiser une politique d’attractivité des talents autour de l’innovation ;
  5. mettre en place le suivi opérationnel des 15 mesures pour une refondation du transfert dans la recherche publique ;
  6. favoriser la mobilité des chercheurs entre public et privé ;
  7. mettre en place un programme cohérent en faveur du transfert par la création d’entreprise ;
  8. focaliser les SATT sur la maturation ;
  9. mettre en place une politique cohérente de recherche partenariale public-privé, en regroupant les différentes politiques aujourd’hui éparpillées ;
  10. combler le manque de financement en fonds propres des entreprises innovantes (capital-risque et capital-développement technologique) en mobilisant une faible part de l’épargne des français et en améliorant les stratégies de sortie possibles pour les investisseurs sur ces segments ;
  11. lancer des initiatives sectorielles early stage ;
  12. mettre en place les instruments d’une politique de protection (PI, normalisation) au service des entreprises innovantes ;
  13. harmoniser les différents labels et qualifications d’entreprises innovantes pour plus de lisibilité et les inscrire dans un parcours jalonné d’accompagnement vers la croissance, alignant de manière cohérente l’ensemble des outils de soutien disponibles ;
  14. inciter les grands groupes et les grands établissements publics à s’impliquer dans l’émergence et la croissance des entreprises innovantes, en intégrant de nouvelles dimensions dans leur obligation de publication de RSE ;
  15. reconnaître le rôle des écosystèmes d’innovation métropolitains comme points d’appui des stratégies régionales et de la stratégie nationale d’innovation ;
  16. organiser le système de transfert pour le rendre plus lisible et plus efficace ;
  17. se donner les moyens de concevoir, de piloter et d’évaluer une stratégie française de l’innovation, globale et cohérente ;
  18. mandater un opérateur unique pour la consolidation opérationnelle des politiques publiques de financement de l’innovation, la BPI (partie innovation) ;
  19. faire de l’innovation un vrai sujet politique, en organisant un vaste débat public.

Dans sa recommandation 7, le rapport précise qu'en coordination avec les régions, les incubateurs doivent être renforcés, en capitalisant sur les équipes qui ont montré leur expertise en matière d’accompagnement, en recherchant la taille critique, en créant des antennes des incubateurs existants et éventuellement de nouveaux incubateurs pour être au plus près des porteurs, en augmentant le nombre de places disponibles. Le modèle économique des incubateurs doit être précisé dans ce cadre, en prenant en compte, selon les situations régionales, l’articulation avec les SATT.

Catégories: Flux externes

L'équipage d'un quad utilisant les poignées INOVELI remporte la 23ème édition du Rallye Aïcha des Gazelles

lun, 04/01/2013 - 12:16

Le Rallye Aïcha des Gazelles est un rallye-raid qui se déroule dans les parties désertes du Maroc du sud ouvert exclusivement aux femmes (le seul du genre), par équipes de deux. Les filles ont parcouru entre le 16 et le 31 Mars 2013 près de 200 km par jour sans GPS ! Et c'est l'équipage Betty KRAFT / Isabelle CHARLES qui a gagné la course dans la catégorie quad, sur une machine préparée par Aquitaine Quad et équipée des poignées INOVELI conçues par Frédéric VELLUTINI et développées avec l'appui de l'Incubateur de Corse.

Le Rallye Aïcha des Gazelles est un rallye-raid qui se déroule dans les parties désertes du Maroc du sud ouvert exclusivement aux femmes (le seul du genre), par équipes de deux. Les filles ont parcouru entre le 16 et le 31 Mars 2013 près de 200 km par jour sans GPS ! Et c'est l'équipage Betty KRAFT / Isabelle CHARLES qui a gagné la course dans la catégorie quad, sur une machine préparée par Aquitaine Quad et équipée des poignées INOVELI conçues par Frédéric VELLUTINI et développées avec l'appui de l'Incubateur de Corse.

INOVELI est une jeune société Corse, lauréate en 2009 de la 11ème édition du Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes lancé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. INOVELI a breveté à l’international (Europe/USA/Japon/Canada) un nouveau système de poignée de commande sensible permettant de véritablement dissocier la préhension de la commande.

A l’origine, le projet INOVELI a intégré l’Incubateur technologique territorial de Corse (I2TC) qui l’a suivi et soutenu dans toutes les phases de genèse du projet. A l’issue de cette période d’incubation technologique, la CTC, via l’Agence de Développement Economique de la Corse (ADEC) et ses différents outils financiers (Mesure START, Corse Active, PFIL) s’est impliquée fortement dans la réussite du projet.

INOVELI a de plus été la première entreprise de Corse sélectionnée par HEC et EM Lyon dans le cadre de leurs différents programmes de haut niveau de soutient aux projets innovants à fort potentiel, permettant à Frédéric VELLUTINI de finaliser sa stratégie marketing et commerciale.

Catégories: Flux externes

Innovation en Europe : les pays nordiques encore en tête

sam, 03/30/2013 - 21:25

Cette année encore, le quatuor de tête est le même : la Suède, l’Allemagne, le Danemark et la Finlande. Telle est la conclusion de l’édition 2013 du tableau de bord de l’Union de l’innovation, un classement des États membres de l’UE publié par la Commission européenne. Le tableau de bord de l’innovation met en évidence une amélioration des résultats de l’UE, mais aussi un creusement de l’écart entre les pays. Quant aux champions de l'innovation, ils se caractérisent par des liens solides entre l’industrie et la science, ce qui devrait inspirer les stratégies de spécialisation intelligente.

Cette année encore, le quatuor de tête est le même : la Suède, l’Allemagne, le Danemark et la Finlande. Telle est la conclusion de l’édition 2013 du tableau de bord de l’Union de l’innovation, un classement des États membres de l’UE publié par la Commission européenne. Le tableau de bord de l’innovation met en évidence une amélioration des résultats de l’UE, mais aussi un creusement de l’écart entre les pays. Quant aux champions de l'innovation, ils se caractérisent par des liens solides entre l’industrie et la science, ce qui devrait inspirer les stratégies de spécialisation intelligente.

Le tableau de bord de l’Union de l’innovation 2013 couvre les années 2008 à 2012. Malgré la crise économique qui perdure, les résultats des pays de l’Union Européenne s’améliorent mais le fossé avec les pays du Sud et de l’Est se creuse.

Le classement des Etats membres reste néanmoins stable, et s’effectue selon quatre groupes :

  • les « champions de l’innovation », regroupant le quatuor nordique.
  • les « suiveurs de l’innovation », regroupant les pays de l’Ouest et du Centre encore au-dessus de la moyenne de l’UE.
  • les « innovateurs modérés », regroupant principalement les pays du Sud et qui sont inférieurs à la moyenne de l’UE.
  • les « innovateurs modestes », regroupant les pays de l’Est, les plus à la traîne.

Remarque : les résultats moyens sont mesurés à l’aide d’un indicateur synthétique s’appuyant sur les données de 24 indicateurs et allant d’un résultat minimal de 0 à un résultat maximal de 1. Les résultats moyens reflètent les résultats de 2010-2011 (en raison d’un décalage dans la disponibilité des données).

Pour effectuer ce classement, le tableau de bord de l’Union de l’innovation s’appuie sur 24 indicateurs, regroupés en trois catégories : les outils de base (ressources humaines, financements, aides, etc.), les activités des entreprises (investissements, collaborations, entrepreneuriat, etc.) et les conséquences sur l’ensemble de l‘économie (dont le marché de l’emploi).

Innovation, les raisons du succès

La Suède, l’Allemagne, le Danemark et la Finlande possèdent des points communs qui font leur succès. D’une part, un système de recherche et développement (R&D) très développé grâce aux efforts d’innovation des entreprises – notamment des PME et de l’enseignement supérieur ; d’autre part, les entreprises et la science sont très liés.

A l’inverse, le premier frein à la croissance de l’innovation en Europe est la baisse flagrante des investissements des entreprises, constatée dans le rapport de la Commission.

L’UE et le reste du monde

L’Union Européenne se positionne loin derrière l’indétrônable Corée du Sud, suivie elle de près par les Etats-Unis et le Japon. En Europe, la Suisse reste numéro un.

L’initiative phare « Union de l’innovation » a toutefois permis des progrès, concernant le brevet unitaire et les nouvelles règles pour les fonds de capital-risque en 2012. Mais selon Mme Máire Geoghegan-Quinn – la commissaire à la recherche, à l’innovation et à la science, ces progrès sont jugés insuffisants.

Le retard de l’UE se caractérise par des dépenses en R&D trop faibles, mais aussi une co-publication public-privé, des brevets et un enseignement supérieur, pas assez développés.

Depuis l’an dernier, ce sont la Lituanie, l’Estonie et la Lettonie qui ont affiché les plus grandes améliorations. L’UE devance encore les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), l’Australie et le Canada.

Catégories: Flux externes

URBA EARTH sur France 3 Corse Via Stella !

sam, 03/23/2013 - 13:28

David LUCENA, créateur d'URBA EARTH, un logiciel de cartographie 3D des documents d'urbanisme, était l'invité de l'émission Prima INSEME, animée par Luc MONDOLONI et Célia PETRONI. Le projet a bénéficié de l'accompagnement de l'Incubateur de Corse entre 2010 et 2012.

Voir le reportage diffusé le 18 mars 2013 :


Urba Earth

David LUCENA, créateur d'URBA EARTH, un logiciel de cartographie 3D des documents d'urbanisme, était l'invité de l'émission Prima INSEME, animée par Luc MONDOLONI et Célia PETRONI. Le projet a bénéficié de l'accompagnement de l'Incubateur de Corse entre 2010 et 2012.

Voir le reportage diffusé le 18 mars 2013 :


Urba Earth


Ont également participé à l'émission :

  • André CELLI, directeur de l'association des maires de Corse-du-Sud
  • Emmanuel PIERRE, directeur de l'Incubateur de Corse

La vidéo de l'émission sera mise en ligne prochainement

Catégories: Flux externes

Journée internationale des droits des femmes : retour sur 2 projets de l'Incubateur de Corse

ven, 03/08/2013 - 14:24

La Journée de la Femme, c'est l'occasion de revenir sur deux projets accompagnés par l’Incubateur de Corse et portés par des femmes : → STREAMERECCE DONNA

La Journée de la Femme, c'est l'occasion de revenir sur deux projets accompagnés par l’Incubateur de Corse et portés par des femmes :


STREAMER SAS est une start-up créée par Béatrice DRAZENOVIC, qui a développé un nouveau type d’électrocéramiques, initialement pour satisfaire une demande dans le domaine des bougies d’allumage de turbomachines, puis a décliné toute une gamme de semi-­conducteurs, basée sur sa technologie unique et qui répond à des besoins réels et spécifiques dans différents domaines, notamment l’environnement. Béatrice DRAZENOVIC, dirigeante de STREAMER SAS a développé son projet en collaboration avec l'INSA de Lyon et l'Université de Corse et a été lauréate du concours national à la création d’entreprise 2007. La société bénéficie du statut Jeune Entreprise Innovante et de l’agrément Crédit Impôt Recherche.

ECCE DONNAest une société créée en Balagne par Christelle LEANDRI, Docteur en Chimie moléculaire, en collaboration avec l'Université de Corse. La créatrice a lancé une gamme de produits cosmétiques Bio à base de plantes aromatiques corses : « Donna è ». 4 produits sont, à ce jour, commercialisés : une lotion pour le corps, un monoï aux essences corses, une eau micellaire et une soin réparateur visage qui mettent en avant des plantes telles que l'immortelle de Corse.

Catégories: Flux externes

Acte III de la décentralisation : les principales dispositions « Innovation » du projet de loi transmis au Conseil d’État

ven, 03/08/2013 - 13:39

L'avant projet de loi de décentralisation et de réforme de l’action publique sera présenté en Conseil des ministres le 10 avril 2013. Parmi les dispositions concernant l'innovation, on retiendra la possibilité pour les régions d'entrer au capital des SATT (sociétés d'accélération du transfert de technologie) et le renforcement du rôle des régions dans le soutien au développement économique et à l'innovation.

L'avant projet de loi de décentralisation et de réforme de l’action publique sera présenté en Conseil des ministres le 10 avril 2013. Parmi les dispositions concernant l'innovation, on retiendra la possibilité pour les régions d'entrer au capital des SATT (sociétés d'accélération du transfert de technologie) et le renforcement du rôle des régions dans le soutien au développement économique et à l'innovation.

La région constitue l’échelon de référence en vue de soutenir notamment les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) qui sont un facteur décisif pour notre croissance économique. Elle a tout particulièrement vocation à accompagner la croissance de ces entreprises, à renforcer leur capacité à innover, et à exporter.

A télécharger :
Catégories: Flux externes

iMusic-School vise le marché international

jeu, 03/07/2013 - 17:35

Vu dans la presse : dans son numéro du mois de mars, le mensuel Paroles de Corse revient sur le parcours de la société iMusic-School, accompagnée par l'Incubateur de Corse. La start-up bastiaise s'est donnée pour mission de démocratiser l'apprentissage de la musique en ligne et de se développer à l'international.


Catégories: Flux externes

La BPI lance un prêt pour l’innovation

mar, 02/26/2013 - 09:39

La Banque Publique d’Investissement a annoncé le lancement officiel du PPI : Prêt Pour l’Innovation. L’objectif est de permettre aux jeunes entreprises innovantes de franchir la « vallée de la mort », en permettant de financer le passage d’un projet de recherche et développement à une production industrielle. Pour autant, l'incertitude demeure sur la mise en oeuvre de cet outil et, plus généralement, sur le fonctionnement de la BPI en Corse comme dans les autres régions.

La Banque Publique d’Investissement a annoncé le lancement officiel du PPI : Prêt Pour l’Innovation. L’objectif est de permettre aux jeunes entreprises innovantes de franchir la « vallée de la mort », en permettant de financer le passage d’un projet de recherche et développement à une production industrielle. Pour autant, l'incertitude demeure sur la mise en oeuvre de cet outil et, plus généralement, sur le fonctionnement de la BPI en Corse comme dans les autres régions.

Concrètement, le PPI est un prêt d’une durée de 7 ans, remboursable à partir de la 3ème année. Le montant de l'aide ira de 30 000 à 1,5 million d'euros. Il s’adresse prioritairement aux entreprises porteuses d’une innovation à commercialiser et bénéficiaires depuis moins de trois ans d’une aide à l'innovation ou d’un accompagnement public soutenant cette innovation (incubation, ...). Le financement se fera via la BPI.

Ces sommes serviront notamment à recruter des collaborateurs, à financer des opérations marketing ou à renforcer le besoin en fonds de roulement. Des aides qui sont bien jusqu'ici le point faible des dispositifs existants. Jusque là, la tendance était à financer ceux qui ont déjà réussi. Désormais, la logique est plus ambitieuse : aider celui qui va réussir.

Reste à espérer que cette logique soit respectée et ne se heurte pas à la doctrine d’intervention que l'on rencontre fréquemment de nos jours et qui consiste à financer essentiellement des entreprises déjà structurées et bien implantées sur les marchés.

Catégories: Flux externes

NETVA expose les JEI françaises à la culture entrepreneuriale made in USA

jeu, 02/21/2013 - 21:20

Jeunes entrepreneurs, vous souhaitez vous développer, vous exporter aux Etats-Unis ? Le programme NETVA est fait pour vous ! Mis en place par la mission scientifique de l’Ambassade de France, NETVA (New Technology Venture Accelerator) offre chaque année à une dizaine de start-ups françaises innovantes un accompagnement personnalisé pour faciliter leur implantation sur le marché américain.

Date limite de dépôt des dossiers : 07 avril 2013

Jeunes entrepreneurs, vous souhaitez vous développer, vous exporter aux Etats-Unis ? Le programme NETVA est fait pour vous ! Mis en place par la mission scientifique de l’Ambassade de France, NETVA (New Technology Venture Accelerator) offre chaque année à une dizaine de start-ups françaises innovantes un accompagnement personnalisé pour faciliter leur implantation sur le marché américain.

Date limite de dépôt des dossiers : 07 avril 2013

Pendant une semaine, les jeunes entrepreneurs sélectionnés sont immergés dans deux des environnements économiques les plus innovants du monde, ceux de Boston et de San Francisco. Les entreprises sélectionnées bénéficient à la fois d'une formation entrepreneuriale et d'une mise en pratique lors d'une semaine d'immersion sur le territoire américain.

Retrouvez plus d’informations sur le programme NETVA et posez votre candidature à l’adresse www.netvafrance.com

Catégories: Flux externes

Entrepreneuriat : présentation du prix MoovJee / Innovons Ensemble à l’Université de Corse

lun, 02/18/2013 - 16:04

A Fundazione di l'Università, dirigée par Vannina BERNARD-LEONI, a mis en place un cycle de rencontres, intitulé « parcours CUSTRUÌ », d’initiation à la culture entrepreneuriale. C'est dans ce cadre que l'Incubateur de Corse présentera le concours co-organisé par Retis et le MoovJee à Corté le jeudi 21 février 2013 à 14h, Salle 101, Campus Mariani.

A Fundazione di l'Università, dirigée par Vannina BERNARD-LEONI, a mis en place un cycle de rencontres, intitulé « parcours CUSTRUÌ », d’initiation à la culture entrepreneuriale. C'est dans ce cadre que l'Incubateur de Corse présentera le concours co-organisé par Retis et le MoovJee à Corté le jeudi 21 février 2013 à 14h, Salle 101, Campus Mariani.


Au programme :

Présentation de la Junior-entreprise de l’Université de Corse. Management Consulting Méditerranée (MCM) est née il y a tout juste deux ans. D’abord strictement positionnée sur des marchés en consulting, elle s’est récemment diversifiée et propose des prestations en traduction, notamment en langue corse.

Après la présentation des membres de la Junior-entreprise, 3 prix de l'entrepreneuriat étudiant seront présentés :

  • Le prix MoovJee - Innovons Ensemble, présenté par Emmanuel PIERRE, directeur de l’Incubateur de Corse.
  • U Premiu Custruì, prix de l'entrepreneuriat étudiant que propose la Fondation et que présentera Nathalie LAMETA, porteur de projet et responsable de la Licence Pro Entrepreneuriat.
  • Le concours Lingua Azzione, concours d'idée qui conjugue langue corse + économie et que présentera Pascal OTTAVI, doyen de la Faculté de Lettres, Langues, Arts, Sciences Humaines et Sociales.
Catégories: Flux externes

Urba Earth : Vue dégagée sur l'urbanisme

dim, 02/10/2013 - 14:21

Vu dans la presse (Corsica, janvier 2013) : David Lucena, 34 ans, a conçu Urba Earth, un outil dont les usages répondent aussi bien aux besoins des particuliers qu'à ceux des services des collectivités. Le projet a bénéficié de l'appui de l'Incubateur Technologique Territorial de Corse (I2TC).

Vu dans la presse (Corsica, janvier 2013) : David Lucena, 34 ans, a conçu Urba Earth, un outil dont les usages répondent aussi bien aux besoins des particuliers qu'à ceux des services des collectivités. Le projet a bénéficié de l'appui de l'Incubateur Technologique Territorial de Corse (I2TC).

Lire l'article publié dans le magazine Corsica :



Catégories: Flux externes

Pages